Analyse matériaux amiante et moisissures (résidentiel et commercial)

Dans le cadre d’une vente ou d’une location d’un logement pour y habiter ou à caractère commercial, des examens techniques sont à réaliser. Ces derniers sont préconisés pour protéger le nouvel acquéreur et lui permettre d’user d’un bien sans défauts apparents ou vices cachés.
S’il existe plusieurs types d’analyses, au Québec, les diagnostics effectués lors d’une transaction immobilière ne sont pas forcément obligatoires. Au nombre des expertises généralement demandées, il y a l’analyse amiante et moisissure pour évaluer la qualité de l’air. Dans cet article, nous vous disons tout ce que vous devez savoir à propos de l’analyse matériaux amiante et moisissures.

Diagnostic amiante : c’est quoi ?

Pour comprendre l’intérêt du diagnostic amiante, il faut connaitre les dangers de l’amiante. Ce matériau fut largement utilisé dans l’industrie de la construction et de la rénovation entre 1950 et 1980 avant d’être de faire l’objet d’une interdiction en 2018 en raison de ses effets néfastes sur la santé. En effet, selon les experts de la santé, le fait d’être exposé à des fibres d’amiante favorise l’apparition de maladies pulmonaires chroniques telles que l’asbestose. Très nocives pour le système respiratoire, ces fibres sont à l’origine du développement de nombreux cancers.

Ainsi, le diagnostic amiante est un examen technique que tout propriétaire doit effectuer avant d’introduire son bien sur le marché de l’immobilier. En effet, la plupart des bâtiments, qu’ils soient commerciaux ou résidentiels, peuvent contenir de l’amiante. Et les chances d’exposition à l’amiante augmentent fortement lorsqu’il s’agit d’édifices construits avant 1990.

Dans le cadre d’une vente ou location d’un bâtiment à caractère commercial, le cadre légal est strict. Le dernier règlement adopté en juin 2013 prévoit les conditions d’inspection dans les bâtiments les plus anciens ainsi que les matériaux qui doivent être examinés. Si le cadre réglementaire est plus souple en ce qui concerne un bâtiment résidentiel, il n’exonère pas pour autant le propriétaire de la réalisation d’un tel diagnostic pour prévenir les risques d’une exposition à la poussière d’amiante.

Les prélèvements des matériaux isolants en zones spécifiques doivent être réalisés par un professionnel reconnu par le Centre d’expertise en analyses environnementales du Québec (CEAEQ) selon la méthode IRSST 244 ou équivalent, ce qui atteste de ses compétences de diagnostiqueur. Il est effectué sur l’ensemble des revêtements d’une l’habitation qu’il s’agisse d’une maison

null

Les différents types de services analyse matériaux amiante et moisissures

On distingue plusieurs types de diagnostics amiante : diagnostic amiante avant vente, diagnostic amiante des parties privatives (DAPP), diagnostic amiante avant travaux/démolition (DAAT) et dossier technique amiante (DTA).

Diagnostic amiante avant travaux (DAAT)

De nouvelles dispositions réglementaires relatives à la gestion sécuritaire de l’amiante sont en vigueur depuis le 06 juin 2013. Ces dernières qui modifient le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) et le Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC), permettent de diminuer l’exposition des travailleurs aux poussières d’amiante. Il s’agit principalement de :

  • La localisation des flocages et des calorifuges ;
  • La vérification de la présence d’amiante dans les matériaux et produits susceptibles d’en contenir ;
  • L’obligation d’apporter des mesures correctives aux flocages, aux calorifuges et aux revêtements intérieurs susceptibles de contenir de l’amiante en perte d’intégrité ; et
  • L’enregistrement et la divulgation des informations.

Diagnostic avant vente

Ce n’est pas une obligation légale pour le vendeur de réaliser ce type de diagnostic amiante. Mais, la présence d’amiante est rédhibitoire pour une personne intéressée par un bien mis en vente ou en location. Ainsi, il est recommandé au propriétaire de prendre le devant et de faire inspecter son logement.

Le repérage se fait sur des matériaux directement accessibles, sans démontage complexe ni investigations destructrices. Le diagnostiqueur procède aux divers prélèvements des matériaux isolants dont la vermiculite.

Les autres matériaux dont il est question sont :

  • Plâtre sur lattes de bois ;
  • Composés à joint et à stucs ;
  • Cloisons sèches de gypse ;
  • Moulures déco de plafonds ;
  • Plâtre sur treillis métalliques ;
  • Plâtre-crépis texturé des murs ;
  • Enduits et peintures texturées ;
  • Bardeaux et goudron de toiture ;
  • Calfeutrage de portes et fenêtres ;
  • Tuile de sol linoléum et vinyle ;
  • Carreaux de plafond suspendu ;
  • Joints flexibles de ventilation ;
  • Câblages électriques ;
  • Chauffe-eau et tuyaux ;
  • Conduits de ventilation ;
  • Conduites d’eau et d’égout ;
  • Panneaux d’isolation thermique ;
  • Calorifuge, conduit d’eau chaude ;
  • Fours, incinérateurs et cheminées ;
  • Panneaux muraux d’amiante-ciment ;
  • Isolant d’appareils frigorifiques ;
  • Calorifuge, conduits de vapeur ;
  • Flocage, projection d’isolants ;
  • Chaudières et réservoirs.

Diagnostic amiante des parties privatives (DAPP)

Depuis 2013, la loi rend obligatoire le DAPP. Cette disposition concerne les parties privatives d’un bien locatif à usage d’habitation ainsi que les annexes (cave, garage, etc.) dont le permis de construire date d’avant le 1er juillet 1997. Ainsi, dans le cadre d’une vente, un bien immobilier n’est pas soumis à ce type de diagnostic qui impose le respect d’une réglementation et d’une méthodologie strictes.

Le DAPP permet de repérer les matériaux contenant de l’amiante selon la liste A du programme de repérage et précise l’état de conservation des matériaux amiantés.

Dossier technique amiante (DTA)

Après prélèvement et analyse des tests d’air avant durant et après le désamiantage, les résultats doivent être mis à la disposition des potentiels acquéreurs du bien ayant subi les tests en question. Pour cela, un DTA doit être constitué par le propriétaire ou vendeur.

Conformément à l’article R. 1334-29-5 du code de la santé publique, le dossier technique amiante (DTA) relatif au prélèvement et analyse des tests d’amiante requis par la législation, est obligatoire pour :

  • les propriétaires d’immeubles bâtis, sauf pour les maisons et les appartements ; et
  • les propriétaires des parties communes d’immeubles collectifs d’habitation.

Test matériaux par un professionnel : quels types d’intervention ?

Plusieurs facteurs peuvent entraîner la pollution de l’air intérieur. L’humidité, la fumée de cigarette, la fuite de gaz sont parmi les causes les plus connues. Mais il existe d’autres substances plus dangereuses qui peuvent être présentes dans l’air.

1.

Détecter l’amiante

Si vous louez une maison ancienne, il se peut que la vermiculite ait été utilisée lors des travaux d’isolation. Ce matériau, qui possède des pouvoirs isolants incontestables, est pourtant néfaste pour la santé. De récentes études ont attesté qu’il contient de l’amiante, un élément qui est qualifié de cancérigène. En procédant à un test d’air, vous pouvez éviter les risques sanitaires provoqués par l’amiante contenu dans la vermiculite.

2.

Repérer la présence des polluants biologiques

Vous devez savoir qu’une grande variété de matières biologiques peut polluer l’air intérieur. En dehors de la moisissure, qui est souvent apparente, un test d’air permet de détecter l’infestation d’acariens, de cafards ou de rongeurs dans votre maison. En plus de provoquer des dégâts matériaux, l’urine et l’excrément figurent parmi les éléments allergènes. En d’autres termes, ils sont à la source des gênes respiratoires.

3.

Diagnostiquer l’infiltration des gaz nocifs

L’analyse de la qualité d’air peut détecter le radon qui est suspendu dans l’air. Bien que ce gaz soit inodore, il est extrêmement dangereux pour la santé. Des études ont relevé que l’exposition au radon est l’une des principales causes du cancer de poumon. Cette substance est généralement présente dans le sous-sol, mais peut s’infiltrer dans tout le logement.

D’autres particules comme le monoxyde de carbone ou le dioxyde d’azote peuvent aussi polluer l’air intérieur. D’une manière générale, ces gaz sont produits par les différents appareils de chauffage tels que les radiateurs, les cheminées ou encore les poêles chauffants.

Il est important de préciser que plusieurs polluants chimiques comme les bisphénols, le benzène ou le formaldéhyde sont aussi présents dans les peintures, les parfums, les revêtements du sol ou les colles…

Le test d’air est une étape que l’on ne doit pas négliger même si aucun problème apparent n’est constaté dans votre maison. Pour vous assurer de la qualité de l’air dans les pièces à vivre, vous pouvez vous adresser à tout moment à un professionnel pour faire les analyses et décontaminer les lieux en cas de besoin.

null

CERTIFICATION

Chez Décontamination Experts MC, nous travaillons minutieusement afin de vous garantir un environnement adéquat et sécuritaire pour la santé de votre famille. Nos travaux sont assurés par l’APCHQ. De plus, un laboratoire indépendant analyse l’air après nos travaux de décontamination. Vous aurez ainsi la certitude que toutes traces d’amiante ou de moisissure sont disparues.